Bonjour et Bienvenue sur Are You Afraid !
C'est pas votre trcu de suivre les livres à la lettre ? Tant mieux... Nous non plus !

ll Aro - Sam Uley - Charlie Swan - Mike Newton - Jessica Stanley - Eric Yorkie - Caius - Marcus - Alec - Sulpicia - Embry - Quil ll

!! DISPONIBLES !! Et pleins d'autres encore.



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une louve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Karen Lullaby
Louveteau


Nombre de messages : 1

This is my story
That's what I am:
MessageSujet: Une louve   Mer 6 Jan - 3:15

Code:
KAREN LULLABY,
do you see what I see ?





Nom : Lullaby
Prénom : Karen
Âge apparent: 18 ans
Age Loup : 20
Date & Lieu de naissance : U.S.A
Groupe : Loup-Garou [ x ]




  • Voilà ce que je suis



Physique : (5 lignes minimum)

Je suis grande et mince, on peut me qualifier de grande asperge, comme tous les loups dailleurs, je suis montée en graine bien trop vite selon ma mère. Mes cheveux son mi-longs, il me tombent sur les épaules, ils sont brun,banal. Le premier qui dit quoi que se soit sur ma couleur de cheveux se verra attribué une bonne raclée, oui Karen est suceptible.
Mes yeux sont bleu-vert selon le temps. Mon nez est petit, en forme de trompette. Je n'ais pas hérité de la peau bronzé des Quileutes, par conséquent, ma fourure est blanche et je ressemble a une poupée de porcelaine.

Parlons mieux, parlons style !

Je n’ais pas vraiment de style vestimentaire, ma tenue préféré reste le vieux jeans troué, et un T-shirt un gilet aussi de temps à autre. Pour les fêtes, je fais un effort, je peux mettre une robe, bien que je n’aime pas cela. Celui qui veux me mettre une robe contre mon grée n’ait pas encore né ! Il aura bien du mal à me l’enfiler ! Lorsque je ne veux pas mettre de robe pour une réception, ma méthode est la suivante ; un jeans NON troué, une chemise blanche et une cravate noir font l’affaire, parfois peut se rajouter un chapeau à la française. Je ne mets que rarement du maquillage, et comme pour la robe, personne ne peut m’obliger à m’en mettre. Avec tout ceci, vous devez vous dire que je ne suis pas féminine ? Vous n’avez pas tord, mais pas raison non plus… Sa dépends de mes humeures en fait.


Caractère : Qualité
J’ai toujours su écouter les gens qui m'entourent, une de mes grandes qualités, je n’ais pourtant pas souvent eu l’occasion de la pratiquer… Je sais également respecter les personnes qui font mon entourage. Je suis très calme, parfois même un peu trop, on me prendrait même pour une droguée, sa arrive souvent en cours, je n’aime pas écouter les profs radoter mille et une fois ces cours que j’ai entendue toute ma vie durant. J’ai un grand sens de l’humour et sais rire de moi-même, mais il y a tout de même des limites à ne pas dépasser. Je ne suis pas de ces adolescentes « hystérique » avec un esprit limité, qui rit de tout et de rien. Non, je ris souvent mais pas comme celles-ci. Contrairement également à certaines de celles-ci je ne suis pas non plus une petite commère. Je sais garder les secrets.


Defaut
Je suis trop timide avec les personnes que je ne connais pas, comme vous avez pu le constater plus haut, cela ma toujours valût des réprimandes, je ne me suis jamais intégrée à une bande d’amis, ce que je regrette amèrement. Je suis également curieuse, ni trop, ni trop peu, je m’intéresse à beaucoup de chose c’est tout. Voilà, que vous dire de plus sur mes défauts ? Mon plus gros reste la timidité, je vous préviens une nouvelle fois, pas que vous pensiez que j’éprouve de l’antipathie à votre égard. C’est seulement de la timidité, ne vous enfuyiez pas non plus en me voyant rougir, s’il vous plaît, je vous en serrais très reconnaissante. Que dire de plus sur une personne aussi parfaite que moi? Ah oui, je suis de ces personnes qui pleurent vite, je suis qualifiée d'Hypersensible.

Passions : Écrire
Peurs : De changer
Ce que vous n'aimez pas : Les Cullens
Manie, Tic, ou autre signes particuliers : Non
Lieu d'habitation : Forks
Situation Sociale : Célibataire





  • Mon Histoire



Histoire : (10 lignes minimum)
> Mieux vaut partir sans demander son reste que de rester en se demandant à quelle heure on va pouvoir partir.

Mon histoire débute dans le ventre de ma mère, ben oui normal vous vous attendiez à quoi ? Comme tous les enfants non prématurés, je suis née neuf mois plus tard. Certaines personnes pourraient dire : «Je suis le fruit conçu par l’amour entre mes deux parents et patati et patata…» Et ben pas moi, moi je suis le fruit du hasard. Je peux vous dire que sa fait mal d’apprendre que vos parents ne veulent pas de vous, alors pour éviter cette peine à d’autres, je vous préviens de suite, sortez couvert. Je sais, vous entendez cela à tout bout-de-champ, mais mieux vaut deux fois qu’une. D’autres diraient: «Ouais mais sa casse l’ambiance. On voit bien que ta jamais été avec un mec.» Oui, c’est vrai, je ne sais pas ce que c’est, je n’ais jamais tenté, mais pensez-y, car si mes parents ne m’avaient pas conçu, ils seraient certainement encore ensemble au moment où j’écris ces quelques lignes. Et oui, ils m’en veulent, j’ai gâché leur «amour». Pourtant ils savaient qu’ils allaient avoir un enfant, ils ont voulus le garder. Je ne comprends pas très bien moi-même, je leur ais peut être fait peur en venant au monde. Je ne sais pas, mais tout cela n’est pas très clair. Pour faire bref, je n’ais jamais vu mon père, si, une ou deux photos dans la maison de ma mère, c’est tout.
Deux moi après ma naissance mes parents divorcèrent. Et comme dans beaucoup d’autres couples divorcés, ma mère eu ma garde. Mon père est donc partit, sans moi. Comme j’aurais aimé partir loin d’ici avec lui, laissant ma mère à la Push. Bon, arrêtons de rêver et refermons cette parenthèse. Je ne me souviens pas de ces disputes incessantes entre mes parents, mais mère me les a tant de fois racontées, pour me montrer à quel point j’avais tout gâché que je peux vous raconter le départ de mon père. Bien sur pour ne pas faire tanguer la balance que d’un coté, je vais faire un mixe entre le récit de mon père et celui de ma mère.

Il était dix heures du matin et une belle journée s’annonçait. Je dormais paisiblement dans mon landau rose et blanc. Oui, je faisais déjà mes nuits. Mon père, lui dormait dans le grand lit, il avait travaillé tard hier soir et était rentré exténué. Ma mère entra doucement dans la chambre et me prit dans ces bras, puis me fit tourner. J’étais sortit du royaume des rêves bleus avec violence, et regrettant ce monde si merveilleux, je commençais à pleurer. Je poussais des cris stridents, comme le font tous les nouveaux nés. Maintenant j’étais réveillée et cela allait durer longtemps jusqu’à ce que je me taise. Elle me déposa dans mon berceau. Je continuais à pleurer et elle, elle s’en alla, ne cherchant pas à me calmer, ne cherchant pas à me comprendre. Elle alla prendre une douche, laissant mes braillements pour agacer mon père, pour lui dire sans vraiment le faire, que les enfants étaient de petits monstres, et peut être pour se venger d’une nuit volée, peut être pour lui faire voir qu’il ne pouvait plus passer ses nuits avec une jeunette, ou que sais-je? Je n’étais qu’un vulgaire instrument pour elle. Après quelques minutes mon père se réveilla en m’entendant ainsi geindre. Il se leva calmement, me prit dans ses bras et me berça. Après cinq minutes, je me taisais et me rendormais. Mon père se doutait certainement de ce qu’avais fait ma mère. Il prit un sac, y mit tous ses vêtements, déposa un dernier baiser sur mon front et me murmura : Un jour, je reviendrais. Il descendit les escaliers en colimaçon et écrivit un petit mot qu’il posa sur la table de la cuisine. Puis il s’en alla…

Bien des semaines plus tard, ils divorcèrent. Mon père avait tout fait, ou presque pour obtenir ma garde, mais selon les juges, il valait mieux que l’enfant est l’amour d’une mère pour pouvoir grandir normalement. Je n’ais plus jamais revu mon père depuis ce jour là. Une fois que j’eu appris à lire, il m’envoyait une lettre, une fois toutes les deux semaines environs. Mais, je les lisais rarement. Ma mère les brulait ou les déchirais avant que je ne les ais entre les mains. Le peu de lettres que j’ai pu lire son dans mon portefeuille, ainsi je les ais toujours sur moi.
Aujourd’hui, j’ai dix-huit ans. En apparence seulement, en réalité j’en ais vingt. Comme cela se fait-il ? Je suis une Quileute, un loup ou les personnes que vous appelez plus couramment loup-garou. Non, je ne me transforme pas à la pleine lune, non je ne dévore pas les humains, non je ma forme animal ne fait pas peur. Je ressemble à un loup, rien de plus. Je n’ais plus chaud, je n’ais plus froid, je n’ais que rarement mal et je cicatrise très vite. Voilà, vous connaissez le topo.
Je suis une fille plus que timide, je m’empourpre à la première occasion ce qui est assez gênant, on n’a jamais fait attention à la petite fille qui restait seule au fond de la cour de récréation, on a jamais fait attention à la fillette qui ne disait jamais rien et qui restait dans son coin. Non, rien. Jusqu’au jour où ma première transformation se fît.


J’avançais tranquillement dans la forêt, je me promenais. C’était devenu une habitude, je l’aime beaucoup, c’est une forêt dans laquelle se mélange la beauté, la protection et le mystère. Je commençais à avoir chaud, avais-je de la fièvre ? Je posais ma main sur mon front, ce dernier étant brulant, j’enlevai ma veste. Je fis quelques pas et commenças à haleter, je manquai rapidement d’air. Tout autour de moi devînt trouble, une sensation désagréable, comme si je plongeais dans une eau pleine de chlore en gardant les yeux grands ouvert. Le sol se souleva en dessous de moi, et en un rien de temps, je me retrouvais à terre. Dans ma chute, je fis voler quelques feuilles autour de moi. Je tournais ma tête, regardant le sol, haletant de plus en plus fort et de plus en plus lentement. Les dernières feuilles avant l’hiver. Mes yeux se fermaient petit à petit, puis tout devînt obscur, froid. Je ne dormais pas, j’avais beaucoup trop mal pour cela. Allais-je mourir ? Non, non je ne veux pas… La douleur, forte et intense me faisait penser à une brulure qui me transperçait de toute part, une langue bouillante qui léchait lentement restant le plus longtemps possible sur chacune de mes vertèbres sur mes cotes, mes os et ma chair. Je hurlais bien des fois, mais la douleur était encore plis intense. Comme si elle m’intimait le silence, comme si elle m’obligeait à me taire, comme si mes hurlements l’agacer. Les larmes coulaient de nombreuses fois le long de mes joues, cela ne me faisait rien, je ne sentais plus la fraicheur qu’elles auraient dû produirent. Un temps indéterminé passa, ce temps me paru être une éternité.
Mais il passa, les langues se faisaient de moins en moins douloureuses et je pouvais presque respirer normalement. J’entendais des bruits un peu partout, je ne savais pas bien ce que c’était. Etais-je à nouveau à la maison ? Je bougeais mes doigts, doucement. Puis ouvris lentement mes yeux, l’eau de piscine avait disparut. J’avais survécu. J’ouvris la bouche et avalais une grande goulée d’air. Je restais ainsi couchée quelques minutes, me délectant de ce moment, les brûlures étaient mon passé à présent. Je clignais des paupières. Tout autour de moi avait changé, une extrêmement et fragile fine couche de neige recouvrait le sol. Je me levais avec du mal et observais la nature autour de moi. Nous voilà au tout début de l’hiver. La pluie avait laissé des marres de boues un peu partout et très peu de flocons avaient réussis à tenir. Je n’étais pas restée si longtemps à terre, trois jours minimum, tout au plus une semaine. Je m’étirais et constata qu’il faisait bon, il ne faisait ni chaud, ni froid. La température idéale. Je prenais ma veste pleine de neige et de boue, tout comme mes vêtements d’ailleurs. Et prenais le chemin du retour. Je voyais la vie avec de nouveaux yeux, mais je ne savais pas par quel miracle l’expliquer. Je ne m’étais jamais sentie aussi en forme qu’à cet instant. Je courais jusqu’à chez moi. Je constatai que je courais plus vite qu’une voiture de course. Je me faisais peur toute seule. Qu’étais-je devenue ?

Plus tard, quand je fus chez moi, je découvris que ma mère n’avait même pas lancé d’alerte pour tenter de me retrouver. J’étais écœurée. Bien des semaines plus tard, un homme, Sam Uley vînt à ma rencontre, m’expliquant ma nouvelle nature. Il me fit une place parmi les siens, mais je ne mettais jamais intégrée, encore une fois trop timide pour faire quoi que se soit. Ce qui fit que je l’ais aider sans vraiment faire partit de la meute, je faisais mes tours de rondes, sans être rattachée à eux. Puis je fis la connaissance de Leah Clearwater, nous sommes devenues de vraies amies. Nos liens devinrent se durcirent pendant notre voyage à Hawaï. Que de bons souvenirs. Une fois de retour chez moi, une nouvelle enguelade a commencé avec ma mère. Une de ces disputes qui ne veulent rien dire, qui éclate pour rien et où l’on vide son sac.

J’entrais difficilement dans la maison, j’étais encombrée par mes valises. Ma mère passa comme un fantôme devant moi.

- Bonjour ! Aucune réponse.


Je frappais dans la porte pour qu’elle s’ouvre. Elle alla cogner contre le mur. Maintenant, j’entrais sans peine dans la maison. Je fermais la porte derrière moi et montais les escaliers. Une fois dans ma chambre, je rangeais mes vêtements dans mon armoire, déposais les souvenirs que j’avais dérobés à la plage de sable fin. Je déposais donc un petit coquillage sur ma table de nuit, et quatre autres sur mon buro. Je prenais la robe rouge et blanche que j’avais achetée spécialement pour ma mère. Elle avait beau être méchante, elle restait tout de même ma mère, et après tout ce qu’elle avait pu faire, je l’aimais. Je courais dans la cuisine, le sourire aux lèvres.

- Tiens c’est pour toi !

Je la regardais pleine d’espoir. Les yeux pleins d’étoiles. Elle prit la robe entre ses mains, tendait les bras pour mieux la voir. Sa bouche fit un drôle de rictus, elle se dirigea dans un coin reculé de la cuisine et jeta la robe dans la poubelle, elle s’en alla à grands pas. J’étais restée planté là, la bouche grande ouverte pendant cinq minutes, tout ce que je voulais c’était un « merci » ou un « oh ! Comme c’est beau ! » Ou bien même un « je t’aime ». Mais non, rien de tout cela n’allait sortir de la bouche de cette femme, non, jamais. Je me ressaisis rapidement et avançais courageusement vers le salon où ma mère était assise. Je me mettais entre la télévision et elle.

- Pourquoi tu as fait sa !? Aucune réponse.
- Quand papa était encore là, tu te servais de moi. Et maintenant ton outil ne sert plus à rien. Je te hais ! Je te déteste ! Je ne veux plus jamais te revoir ! Je pars d’ici, comme çà je ne te dérangerais plus !
Elle ouvrit grand les yeux, je courais dans ma chambre et refaisais les valises que j’avais défaites il y a une dizaine de minutes. La personne qui m’avait servit de mère pendant toutes ces années entra, mais resta sur le palier de ma porte. Mes yeux étaient noyés par le chagrin, les larmes coulaient, coulaient. Je m’étais transformée en fontaine en à peine cinq minutes. Je courais dans les escaliers et trébuchais plus d’une fois à cause de la valise qui prenait toute la place. Ma mère restait devant ma porte, immobile, elle avait l’air choqué. Je m’en fiche, les lamentations c’est fini. Maintenant je refais ma vie, mais sans elle ! Cette nuit là, je la passais dehors, sous mon apparence de louve, comme le faisait mes ancêtres. Le lendemain j’allais voir Leah et lui expliquais tout. Elle au moins elle me comprenait.

> Quelqu'un qui va partir ne le dit pas. Il part et c'est tout. Celui qui parle veut rester.




  • Hors-Jeu :



Avatar : Kristen Kreuk
Age réel : 17 ans
Comment avez vous connu ce forum ? forumactif
Des questions ?Nopp
Le Design ? Je le trouve super ^^
Votre vrai prénom : Mystere
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dawn E. McAlister
Hybride - Ni Vampire Ni Loup... Bordel assuré


Nombre de messages : 103
Localisation : Somewhere... Beyond the sea. ♪

This is my story
That's what I am: Hybride ( Mi-vampire, mi-loup-garou )

MessageSujet: Re: Une louve   Mer 6 Jan - 5:42

Bienvenue sur le forum ! =)
Très belle fiche. ^^
( Quand tu dis loup-garou, tu penses à enfant de la Lune ou à modificateur Quileute ? ♥ )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aïcha Portman
Nomade du Monde


Nombre de messages : 3

This is my story
That's what I am:

MessageSujet: Re: Une louve   Mer 6 Jan - 15:54

Sur mon carnet: Bienvenue a twa ^^

_________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leah Clearwater
Modérateur & Louveteau


Nombre de messages : 324
Localisation : La Push

This is my story
That's what I am:
MessageSujet: Re: Une louve   Mer 6 Jan - 16:03

bon alors je trouve rien à redire à ta fiche à part qu'elle est magnifique ! xD

Bienvenue ^^

_________________________________________


Suis-je moins agaçante que Paul, maintenant ?
Bizarrement oui.
Ah ! Quelle promotion !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heidi Volturi
Clan Vampirique Royal [ Volturi ]


Nombre de messages : 16

This is my story
That's what I am:
MessageSujet: Re: Une louve   Mer 6 Jan - 18:41

Benvenuto !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Cullen
Admin & Buveur de Sang [ Cullen ]


Nombre de messages : 1443
Localisation : Forks

This is my story
That's what I am: Stupid Shiny Volvo Owner
MessageSujet: Re: Une louve   Mer 6 Jan - 20:26

Bienvenue sur le forum Karen.

J'aime aussi beaucoup ta présentation et ton histoire
Amuse-toi bien ici avec tout le monde !

Fiche validée.

_________________________________________
.
Goodbyes are meant for lonely
people standing in the rain,
And no matter where I go
it's always pouring all the same.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://are-u-afraid.twilightlegend.net
Heidi Volturi
Clan Vampirique Royal [ Volturi ]


Nombre de messages : 16

This is my story
That's what I am:
MessageSujet: Re: Une louve   Mer 6 Jan - 21:36

Plus que ta fiche est validée.

Re bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esmé Cullen
Buveur de Sang [ Cullen ]


Nombre de messages : 119

This is my story
That's what I am:
MessageSujet: Re: Une louve   Ven 8 Jan - 20:40

Bienvenue

_________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une louve   Aujourd'hui à 5:02

Revenir en haut Aller en bas
 

Une louve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bienvenue sur ll Are You Afraid ? ll :: 
PRESENTATIONS - Tell me Who You Are
 :: Les Validés :: Les Loups-Garous
-