Bonjour et Bienvenue sur Are You Afraid !
C'est pas votre trcu de suivre les livres à la lettre ? Tant mieux... Nous non plus !

ll Aro - Sam Uley - Charlie Swan - Mike Newton - Jessica Stanley - Eric Yorkie - Caius - Marcus - Alec - Sulpicia - Embry - Quil ll

!! DISPONIBLES !! Et pleins d'autres encore.



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jade Edwinks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jade Dracul
Nomade du Monde


Nombre de messages : 13

This is my story
That's what I am:

MessageSujet: Jade Edwinks   Sam 26 Déc - 14:22

(PSEUDO)
( 3 avatars 100*100)



Nom : Edwinks
Prénom : Jade
Surnom :
Age en Apparence : 19 ans. [Son anniversaire a eu lieu le jour même de sa transformation trois jours avant le début du RP]
Age Vampirique : Depuis peut
Où êtes-vous né : New york

Statut
:
VAMPIRE NOUVEAU Né
Où Habitez-vous : New york
Votre situation sociale : Moyenne








  • I/ POUVOIRS & APTITUDES


Décrivez vos pouvoirs et aptitudes particulières : Jade, humaine, avait un don inné pour le chant
lyrique. Cette faculté s'est muée, avec sa transformation, en un
pouvoir comparable à celui des sirènes grecques. Les humains sont
hypersensibles à son chant ; hypnotisés, ils sont irrésistiblement
attirés. Les vampires et les loups-garous le ressentent différemment ;
si par exemple le chant est triste, une impression de tristesse et un
afflux de souvenirs correspondants leur viendra. Son trait de caractère
amplifié par sa transformation est son sens de la famille.









  • II/ DESCRIPTION PHYSIQUE


Physique : Avant ce jour maudit, j'étais une jeune femme assez
jolie, je dirais même belle, à ce que ma mère me disait avec fierté.
Lorsque je me croisais mon regard dans une glace, je ne voyais d'abord
que deux étranges sphères émeraude, foncées, profondes, toutes en
mystère et en force, et je réalisai en plissant les yeux que c'étaient
mes propres prunelles. C'était l'héritage que mon père m'avait offert
en me donnant la vie ; c'était d'ailleurs à lui que je ressemblais le
plus. Sa démarche lente, presque flottante, son expression rêveuse,
l'impression de légèreté qui se dégageait de lui ; j'étais tout aussi
aérienne et rêveuse, je le savais. Le mot qui me définissait le mieux
était : contraste. J'étais petite, mais j'avais de longues jambes, de
longs bras, un long buste. Ma mère aimait beaucoup dire que j'étais un
mannequin miniature. J'avais des doigts graciles, des poignets minces,
des membres fins ; et j'arborais une poitrine toute ronde. J'avais la
peau claire, les lèvres rose pâle, et les ongles de nacre, et mes
cheveux étaient d'un rouge écarlate. Sans coloration. Cette
spécificité-là, personne n'était capable de me dire de qui je la
tenais. Mes yeux m'avaient valu mon prénom, et ma chevelure, qui
semblait de la soie de sang, un goût prononcé pour la couleur rouge.
J'en portais toujours sur moi, comme un talisman. [A présent qu'elle
est vampire, Jade a bien sûr les prunelles rouges, l'épiderme blanc et
une beauté accrue.]


Signe(s) particulier(s) :








  • III/ PSYCHOLOGIE



Caractère : Il paraît que je suis quelqu'un de très agréable à
fréquenter. Il est vrai que je ne suis pas une personne contrariante.
Elevée entre la douceur rêveuse de mon père et l'exubérance d'une mère
pleine de vie, j'avais très vite développé un amour et un respect
profond pour la famille. Je suis très sociable ; gentille, amicale,
sincère et dévouée. Tous les sacrifices sont utiles tant qu'ils servent
au bonheur des autres. Très soucieuse de ne pas forcer les autres ou
les rendre malheureux, je cherche à ne pas m'imposer - ce qui peut me
faire paraître distante. Souvent, je m'isole, et j'erre seule dans une
plaisante solitude où mon esprit s'égare dans les méandres de mon
imagination. J'adore la mythologie, les contes, les légendes. Mes
tristesses et mes colères sont sourdes, contenues, destinées à me faire
souffrir plutôt qu'à toucher mon entourage. Je donne tout ce que j'ai
pour ceux que j'aime, et je déteste les égoïstes. Plus encore
l'injustice. Je ne suis jamais violente et ne me vexe jamais. Hormis en
ce qui concerne les miens.



Passions : chanter, jouer de la musique, rêvasser, aider les
autres, lire, la danse classique et le judo. Me promener dans les plus
beaux paysages qui soient fait partie de mes rêves stupides, néanmoins
je n'ai guère visité que mes banals quartiers américains...



Craintes et peurs :


Ce que vous n'aimez pas : S'il y a une chose que je tiens en horreur, c'est la
guerre. Et tout ce qu'elle comprend : la haine, le mensonge, la
trahison, le meurtre. Détester m'est inconnu. Je ne hais personne car
jusqu'ici personne ne m'a fait de mal. Je méprise les hypocrites et
ceux qui dénient l'art ; l'art, sous toutes ses formes ; et les
pollueurs, et tous ceux qui tuent lentement la nature sous mes yeux. Me
révoltent ceux qui s'en prennent aux faibles. Et j'ai une peur panique
des... piqûres et des hôpitaux. Ils... me terrifient.







  • IV/ VOTRE HISTOIRE



Je m'appelle Jade Edwinks, j'ai 19 ans, et le jour où j'ai dépassé la majorité d'une année, j'ai tout perdu.
C'était
un de ces soirs où la félicité vous aveugle et vous fait croire que les
malheurs ne sont pas pour vous, bêtement, parce que justement vous êtes
heureux. Je m'étais rendue à la maison de retraite où mon grand-père
finit ses vieux jours, et j'avais chanté pour eux. Des chants
religieux, m'avaient-ils demandé. Ave maria avait fait vibrer ma gorge, et avec elle les coeurs attendris de ces vieux amis.
Lorsque
je fus arrivée, je garai ma bonne vieille Saxo devant le garage, et
m'étirai longuement. Rentrer, me coucher, dormir. Rêver, peut-être.
C'était une paisible nuit d'avril. Le vent secoua mes cheveux, joua
avec, et ma crinière rubis flotta autour de moi. Je jetai un coup
d'oeil aux fenêtres du salon. Tiens. Bizarre. Etaient-ils déjà couchés
?J'aurai du entendre la télévision que mes parents regarderaient ;
j'aurais du entendre Gabrielle, ma soeur, mettre la table en
chantonnant. J'aurais du entendre Lucas, mon petit frère, jouer avec
Simon, mon adorable Simon. A cette pensé, je me permis un sourire. Ce
petit garçon solitaire, rejeté des autres et même de lui-même, m'avait
séduite par ses grands yeux curieux, son visage d'ange et par sa
personnalité fascinante. Il n'avait pas été gâté par la vie. Nous nous
aimions beaucoup ; et c'était avec un plaisir immense que j'avais vu
mon petit frère et lui, de huit ans tous deux, se lier d'amitié. Ce
soir, il devait passer la soirée avec nous, dans le dos de sa mère. Un
frisson me parcourut le dos. Sa mère...
Je
renonçai à allumer la lumière, et cherchai à tâtons l'interrupteur. Mes
doigts touchèrent une surface lisse et froide ; je les retirai,
reculai. Il faisait froid. Le salon ne ressemblait plus à rien. Ou si
bien. A un tombeau. Car lorsque j'ai pénétré dans la pièce en noir et
rouge, je n'y ai vu qu'un criant hymne à la mort.
Deux
corps statufiés étaient vautrés, croisés en une macabre figure, sur le
tapis, le couvrant d'ombre écarlates. Une acide amertume me monta à la
bouche. Ces lunettes rondes pendantes à une oreille. Ce tailleur
autrefois ivoire, ce bracelet de perles autrefois blanches. Je
déglutis. Mes parents. Mon sac à main s'écrasa sur le sol dans un bruit
mat, son contenu teinta. Tout était silencieux et immobile.
Un
mouvement sur la droite me fit reculer avec brusquerie. Ce que j'y vis
m'arracha un gémissement étouffé, et la panique commença à s'écouler
dans mes veines.
Le petit corps qui avait
éventré la télévision, et qui y était si savamment encastré, avait
perdu une partie de lui. Le crâne sale roula, oscilla, s'arrêta. Ses
gros yeux me fixèrent. Ces gros yeux sans paupières, d'un vert
émeraude, plus foncés que les miens. Son sourire me donna envie de
vomir. Jamais je n'oublierai cette image. Ce visage sans plaie et ses
cheveux collés par le sang que son crâne avait perdu.


- Ga... Ga... Gabrielle... bégayai-je, effondrée.

Je
me mis à trembler. Incontrôlable peur qui m'embrouillait le cerveau. Un
grondement animal résonna dans la pièce en deuil, roulant comme le
tonnerre. Je me tétanisai. Ma mise à mort.
La
lumière de la lune n'éclairait que par les deux fenêtres, et crevaient
l'ombre pour mieux exhiber la morbide vérité. Une silhouette sortit de
l'obscurité, et s'avança de quelques pas, vague, floue.


- Te voici enfin. Je t'attendais. Simon, montre-lui. Montre-lui qui tu es. Et pourquoi elle aurait du te laisser à moi.

Cette
voix, fière, puissante, féminine, m'évoqua une diablesse triomphante.
Je compris aussitôt de qui il s'agissait. Une petite silhouette, que je
reconnus aussitôt, se détacha de l'autre, et s'approcha un peu plus.
J'écarquillai les yeux. C'était bien Simon. Ses yeux étaient toujours
rouges, ce qui m'avait paru attirant, et ses cheveux d'un noir de jais,
ce que je trouvais beau sur sa peau immaculée. Mais son menton
dégoûlinait de sang. Mon coeur accéléra. Simon hoqueta, gémit, se cacha
le visage. Je n'arrivais pas à me dire que c'était un monstre. Non...
Pour moi, c'était le petit bonhomme qui m'avait traitée comme sa soeur,
et qui avait eu besoin de mon affection. J'attendis que ses yeux
reviennent s'accrocher aux miens, et je le couvai de tendresse. Cela le
destabilisa. La silhouette s'avança à son tour, et se découvrit à la
lumière. Elle était d'une souveraine beauté.
Je
devinai dès le premier coup d'oeil qu'elle était Italienne. Ses
sourcils noirs et arqués, faits pour mépriser, était d'une finesse
incomparable. Ses yeux en amande étaient rehaussés d'interminables cils
d'ébène, et leurs prunelles rouges étincellaient d'orgueil et de
mystère mêlées. De très longs cheveux de nuit coulaient de son crâne
jusqu'à sa taille. Son expression, terrible, victorieuse, m'offrait une
vision de l'avenir. Elle allait me tuer, comme les autres. Tu vas
mourir, me hurlait-elle en silence.


- Maman... Tu avais promis... Maman !

L'iréelle
meurtrière cilla. Ses lèvres pâles se serrèrent. Je me demandais avec
un étonnement calme pourquoi elle ne m'avait toujours pas vidée de mes
entrailles, comme le reste de ma famille ; elle paraissait en avoir
tellement envie. La mère de Simon. La fameuse mère de Simon. Fameuse,
furieuse, fabuleuse. Le petit garçon exprimait une détresse à faire
fondre les pierres. Je ne voyais pas pourquoi. J'allais périr, et
rejoindre les miens. Un nouveau grondement fit vibrer les murs.
Celui-là paraissait exaspéré. Oui, exaspéré. Qu'est-ce qui l'empêchait
de me massacrer ?


- Tu... As... Pro-mis...

Elle
en transpirait presque de contrariété. Après un bref regard à son fils,
elle revint vers moi. Avant que je le réalise, l'inconnue avait déjà
plié le coude, reculé son bras, serré le poing. Je serrai les dents. Un
sourire cruel se dessina lentement sur son visage. Un millième de
seconde plus tard, une barre d'acier me transperça le ventre, me coupa
le souffle, et me projeta en arrière. Je sentis quelque chose
s'échapper de ma bouche béante, le sang de mes entrailles pulvérisées.
La douleur était si violente que je distinguai à peine le mur me
happer, puis le sol claquer contre mon corps brisé. Tout n'état que
brisures... Et ce vide progressif. Mon esprit flottait presque, prêt à
s'envoler. J'allais mourir. Des larmes précipitées noyèrent ma vision.
Je ne luttai pas une seconde contre la mort. J'attendis qu'elle
m'achève.
Quelque chose de glacé toucha
mon cou, je l'ignorai. Des lames de razoir tranchèrent les chairs de ma
gorge, je me laissai faire, flasque et molle. Et lorsqu'une flamme
infernale s'écoula dans mon corps, et que je sombrais dans l'obscurité,
je crus que je partais vers les Enfers.
Mais pour en mieux revenir.
[Je comptais raconter la transformation de Jade dans mon premier post vu que ça prend pas mal de place --"]
J'ouvris les yeux.

- Jade ? Jade, tu m'entends ?

Une
petite voix absolument charmante. Plus encore que dans mon souvenir.
Elle était douce, aigüe, enfantine. Son adorable parfum de bébé me
chatouillait les narines. C'était étrange de constater à quel point ma
perception avait changé. Je voyais, entendais, sentais mieux que
jamais. Mieux que je ne l'aurais imaginé. Les nuages se révélaient de
nuances de gris d'une exceptionnelle diversité. J'en distinguai tous
les points... Etrange. Je pris une profonde respiration, pour me rendre
compte que je n'avais pas respiré - je ne l'avais pas remarqué. L'air
descendit dans mes poumons et cela ne m'apaisa ni ne me déplut.


- Jade ? Je peux venir ? J'en ai marre que tu ne dises rien ! Parle !

Cet empressement buté m'aurait suffit à le reconnaître, aurais-je été aveugle et amnésique.

- Simon, murmurai-je.

Ma
voix me prit au dépourvu. Elle était bien plus veloutée, plus
sensuelle, plus chantante même. Le simple mot que je venais de
prononcer parut résonner d'un magnifique écho autour de nous. Une
microseconde plus tard, le parfum de bébé fleuri m'envahit. Je tournai
la tête vers lui - puis, n'y tenant plus, je me redressai pour le
prendre dans mes bras. Aussitôt mon corps se raidit de surprise ;
j'étais assise que je ne m'en étais pas encore rendue compte. Je fixai
mes mains ; les mêmes... Mais différentes. Les menottes potelées de
Simon se posèrent timidement dessus. Je levai les yeux vers lui,
perdue. J'étais pleine de doute, de questions. J'aurais dû mourir.
Pourquoi étais-je encore en vie ?


- Simon, répétai-je, hagarde. C'était ta mère ? Tu... M'as sauvée ?

C'était à lui que je devais ma survie ; la promesse. Mais en quoi consistait-elle précisément ?... Simon se renfrogna.

-
Je t'aime, riposta-t-il. De tout mon coeur grand comme le soleil. Même
lui, tiens, il ne t'aime pas autant que moi. Tu es ma grande soeur. Je
ne voulais pas que tu meures. Pas par ma faute.


Impossible
de ne pas céder à sa frimousse et à son attachement borné. Je ris. Ce
fut comme si quelque nymphe l'avait fait à ma place. Je cherchai du
regard, ne trouvai rien.


- Jade, fit
brusquement Simon. Tu ne feras pas de bêtises, hein ? Je vais t'aider.
Je te montrerai. C'est à mon tour, maintenant, ajouta-t-il en souriant.


Le mien se perdit un peu.

-
Maman t'a mordue. Elle t'a transformée. C'était ça, ou tu mourrais. Tu
es comme nous, aujourd'hui ! Maman disait que c'était ça ou rien. Que
tu cafterais sinon.


Je me mordis les lèvres. Mes dents, autrefois un peu bosselées, étaient plus rectilignes qu'un razoir.

- J'ai peur de comprendre, dis-je tout bas.
- Tu es un vampire, Jade ! Un vampire nouveau-né ! Comme moi il y a dix ans ! C'est génial, tu trouves pas ?
- Génial, je l'ignore, mais j'ai l'impression que tu as des choses à me dire, chuchotai-je.

Il m'adressa un sourire étincelant. Cela me peina, au fond de mon coeur. Vu que ce que je venais de me jurer de faire...






  • V/ HORS JEU



Votre avatar : Kate Winslet

Age Réel : 14 ans

Comment avez vous connu ce forum ? je ne vais pas te le dire c'est un secret

Des Questions particulières ? Non

Le Design ? bravo

Votre vrai prénom : Alison
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carlisle Cullen
Buveur de Sang [ Cullen ]


Nombre de messages : 16

This is my story
That's what I am:
MessageSujet: Re: Jade Edwinks   Sam 26 Déc - 15:32

Bienvenue à toi Jade... ^^

Amuse toi bien surtout ^^ .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade Dracul
Nomade du Monde


Nombre de messages : 13

This is my story
That's what I am:

MessageSujet: Re: Jade Edwinks   Sam 26 Déc - 15:35

merci Carlisle ^^

_________________________________________
"Je vous condamne à vivre pour toujours"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Cullen
Admin & Buveur de Sang [ Cullen ]


Nombre de messages : 1443
Localisation : Forks

This is my story
That's what I am: Stupid Shiny Volvo Owner
MessageSujet: Re: Jade Edwinks   Sam 26 Déc - 17:23

Bienvenue Jade !

Magnifique présentation

Ta fiche est validée.

_________________________________________
.
Goodbyes are meant for lonely
people standing in the rain,
And no matter where I go
it's always pouring all the same.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://are-u-afraid.twilightlegend.net
Jade Dracul
Nomade du Monde


Nombre de messages : 13

This is my story
That's what I am:

MessageSujet: Re: Jade Edwinks   Sam 26 Déc - 17:37

Merci Edward

_________________________________________
"Je vous condamne à vivre pour toujours"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esmé Cullen
Buveur de Sang [ Cullen ]


Nombre de messages : 119

This is my story
That's what I am:
MessageSujet: Re: Jade Edwinks   Sam 26 Déc - 17:58

Bienvenue a toi ^^ amuse toi bien parmis nous ♥♥

_________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dawn E. McAlister
Hybride - Ni Vampire Ni Loup... Bordel assuré


Nombre de messages : 103
Localisation : Somewhere... Beyond the sea. ♪

This is my story
That's what I am: Hybride ( Mi-vampire, mi-loup-garou )

MessageSujet: Re: Jade Edwinks   Sam 26 Déc - 22:50

Wilkommen ! ~♪
Et Joyeux Noooëëëël !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jade Edwinks   Aujourd'hui à 18:57

Revenir en haut Aller en bas
 

Jade Edwinks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bienvenue sur ll Are You Afraid ? ll :: 
PRESENTATIONS - Tell me Who You Are
 :: Les Validés :: Les Vampires
-